Actus...

ça se passe ici

De la terre à l’espace, le métier de tes rêves ?

Tel était le thème de l’intervention proposée aux élèves de 2nde du lycée Jeanne d’Arc, dans le cadre du Parcours Avenir, mardi 16 mars. Deux Ingénieurs Pour l’Ecole, en mission au Rectorat de Toulouse, sont venus informer les élèves sur toutes les possibilités de métiers offertes par le domaine spatial et aussi parler de leurs parcours. L’espace c’est quoi ? C’est comment ? Quel genre de milieu est-ce ? Qu’est-ce qu’un satellite ? Où le positionne-t-on et pourquoi ? Qui utilise des satellites et pour quoi faire ?… C’est de cette façon que Mme Barbier, de Thalès Global Services et M. Paronneau, d’Airbus Defence and Space ont commencé leur présentation. Une deuxième partie de l’intervention était consacrée à l’emploi dans le domaine spatial. En Europe, cela représente 48000 emplois dont 24000 en France et… 13000 dans la région Occitanie, regroupés en trois domaines majeurs : activités techniques, non-techniques et support. Via des témoignages vidéos, les élèves ont ensuite entendu qu’aujourd’hui, on choisit un métier pour commencer mais que dans le spatial, il est possible d’évoluer. Puis, chaque intervenant a raconté son parcours. C’est ainsi que Mme Barbier leur a expliqué qu’elle a fait des études courtes (DUT), ses parents ayant des revenus modestes. Ensuite, elle a commencé à travailler et repris ses études tout en travaillant et en menant sa vie de famille : en huit ans de cours du soir, elle est devenue physicienne !!  Quant à M. Paronneau, il a tout d’abord intégré une classe préparatoire, puis une école d’ingénieur et a fait sourire les élèves avec son accent « franglais »… C’est un message captivant, intéressant et positif qui a ainsi été transmis à nos jeunes lycéens : avec de la motivation et de la persévérance, on peut arriver à son but et…. Même si la connaissance de l’anglais reste incontournable dans ce domaine mais que notre accent n’est pas parfait, l’essentiel est de pouvoir communiquer.

Le métier d’infirmière présenté aux lycéens de ST2S

Les lycéens de 1ère et terminale ST2S ont reçu la visite d’une ancienne élève aujourd’hui infirmière. Cette jeune infirmière leur a rappelé son passé de lycéenne en série SMS à Jeanne d’Arc, sa préparation aux concours, son choix pour une école dans une ville de taille moyenne, Aurillac. De ses études elle retient les conseils méthodologiques acquis au cours du cycle terminal, elle insiste aussi sur la motivation et la détermination sans faille qui sont nécessaires notamment pour affronter certaines difficultés au cours des stages. Elle aborde ensuite les inconvénients du métier : horaires décalés, manque de reconnaissance de certains patients ou des médecins parfois. Mais ceux-ci sont largement compensés par les avantages : possibilité de changer de services, de mode d’activité, de se spécialiser (anesthésie, bloc opératoire, pratiques avancées et puériculture) et surtout la relation avec le patient, souvent en grande détresse morale et ou physique. Marlène a fait de choix d’un exercice à domicile au sein du service HAD Hospitalisation à Domicile de la Clinique Font Redonde. Ainsi tout en décrivant son métier au quotidien, elle insiste, en plus des compétences techniques sur les qualités indispensables à ce métier : humilité, respect, esprit d’équipe… Un témoignage fort et au cœur de l’action qui nous l’espérons permettra aux élèves de percevoir avec la plus grande justesse les enjeux de ce métier de soignant.

Le groupe « SciencesPo » on line…

L

Suite à l’enquête menée auprès de leurs proches, les élèves de la spécialité Histoire-Géographie-Géopolitique-Sciences Politiques, en Tle générale, ont révélé leurs conclusions en enregistrant l’émission de radio Paroles de Jeunes, diffusée par Radio Présence, le 25 février à 17h45. Ainsi, si la restauration de Notre-Dame de Paris fait consensus, la forme qu’elle doit prendre est plus polémique : les jeunes générations, comme les catégories âgées de plus de 65 ans, s’accordent sur un geste architectural qui marque notre époque (les uns pour moderniser l’ensemble, les autres pour laisser une trace). Dans ce cas-là, l’idée de faire vivre le patrimoine de cette cathédrale est nécessairement un enjeu identitaire. Pour les mêmes raisons, ce qui est assez paradoxal, les catégories d’âge intermédiaire préfèrent une restauration « à l’identique », et c’est l’option retenue par nos politiques (qui sont d’ailleurs majoritairement dans ces âges). Ainsi, on comprend bien que tout est objet à interprétation, Notre-Dame de Paris est devenue un instrument politique. La question du financement est un axe de réflexion tout aussi évocateur.Pour plus de détails, écoutez l’émission en podcast (Radio Présence 97.7 FM, à Figeac) ! Pas si facile d’être animateur-radio finalement, mais une bonne expérience dans la préparation de leur Grand Oral et un plus pour leurs études post-bac.

https://www.radiopresence.com/emissions/culture/decouverte/paroles-de-jeunes/article/restauration-notre-dame

Le dispositif Enfant Intellectuellement Précoce très créatif !

Le dispositif pour des enfants intellectuellement précoce EIP du collège accueille cette année une vingtaine de jeunes collégiens répartis dans les différentes classes de la 6ième à la troisième. Ces jeunes qui ont besoin d’être nourris intellectuellement et d’appréhender des sujets à l’aide d’une pédagogie de projet, ont accès toutes les semaines à un club EIP. Ce temps leur permet de se retrouver entre eux et d’explorer diverses thématiques. A mi- année, première mise en commun des travaux, ce jeudi 14 janvier. En introduction un chant de Noël en chinois, suivi d’une boite de jeux autour des principales numérations en mathématiques, puis d’un jeu du loup garou en technologie. La culture manga n’a pas été oubliée en français et le bouquet final revient au cinéma audiovisuel avec une bande annonce pour un film d’horreur. Une conclusion zen, rejoint par l’intervenant en yoga, autour de la galette des rois. Ce premier semestre est une réelle réussite de part la qualité des projets et l’investissement des jeunes du dispositif.

Le patrimoine, une notion de science politique à ne pas négliger.

Les élèves de l’enseignement de spécialité Histoire-Géographie-Géopolitique-Sciences Politiques du Lycée Jeanne d’Arc travaillent actuellement sur la notion de patrimoine : ils ont rencontré en visio-conférence, deux anciens élèves. Un de ces élèves est aujourd’hui à l’Ecole du Louvre. Il leur a démontré l’importance du patrimoine, et de la patrimonialisation dans la diplomatie internationale : démarche souvent nommée softpower. Ainsi, un patrimoine matériel ou immatériel devient un objet politique. Pour approfondir cette approche, les élèves ont mené une enquête sur la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris : après dépouillement, les résultats de leurs réflexions seront présentés sous la forme d’une émission de radio, grâce à l’accueil d’Armand Gal dans le studio de Radio Présence le 5 février et une diffusion est programmée en mars. Pour les guider dans cette démarche, une autre rencontre a été essentielle, celle d’une ancienne élève qui est diplômée de Sciences Po – Lyon, actuellement journaliste pour l’AFP (Agence France-Presse) de Munich. Par visio-conférence, et malgré le confinement strict en Allemagne, elle a pu leur présenter son parcours étudiant (et quelques conseils bien utiles pour les concours d’entrée en IEP), son métier, et son statut de « témoin de son temps » qu’elle prend très au sérieux. Ce type de travail qui a grandement intéressé les élèves, pourra valoriser leur dossier Parcoursup, surtout pour ceux ayant un projet d’études de journalisme et de sciences politiques.

Les élèves éco-délégués du collège mènent leur projet de Verger Conservatoire

Les éco-délégués ont participé à une nouvelle étape du projet de Verger Conservatoire au sein de l’établissement Jeanne d’Arc : la plantation des porte-greffes. Ce n’est pas moins de 50 pieds qui ont été plantés avec l’aide de Pierre Rouillon de l’association des Croqueurs de pommes. Malgré les -10°C du matin, à 12h30 le soleil a réchauffé le petit groupe d’élèves et les porte-greffes sont à présent à l’abri dans la terre. Dans une semaine, les éco-délégués leur apporteront de l’engrais organique et du paillage. Il faudra attendre les beaux jours pour commencer la greffe. Merci à Pierre Rouillon d’avoir partagé sa riche connaissance des fruitiers et d’avoir répondu aux nombreuses questions des élèves. 

TELETHON 2020

Le collège-lycée Jeanne d’Arc Figeac a renouvelé sa mobilisation pour le Téléthon, organisé cette année par les éco délégués. Plusieurs actions ont été mises en place avec le concours d’acteurs locaux : M et Mme DELBOS, boulangers, ont offert les chocolatines vendues par la Section Foot de l’établissement ;  les éco-délégués ont géré la vente à distance de produits cosmétiques bio et naturels en partenariat avec la boutique de Zora et la savonnerie de Cardaillac. Malgré la météo capricieuse de ces derniers jours, la générosité des élèves s’est manifestée par une pluie de messages d’espoir, adressés à leurs camarades Jean et Luc. L’animation « un don= un post-it » a vu la voiture d’un personnel de l’établissement couverte de mots, de dessins, … dont l’un d’eux : « La vie te donne toujours une autre chance…Elle s’appelle demain. »Plus de 1000 € ont ainsi pu être collectés : une belle preuve de solidarité, teintée de couleurs, en ces temps si particuliers.

Les 2ndes ASSP ont raconté des histoires aux maternelles de l’école

Vendredi 11 décembre le matin, les enfants des quatre classes de maternelle sont impatients de découvrir la surprise promise par leurs professeurs ! Dans le cadre d’un projet dirigé par les enseignantes du pôle professionnel aidées par les professeurs documentaliste et de français, les « grands » du lycée viennent animer un projet contes pour les plus petits. Pour cela, ils ont pioché dans les réserves de l’Astrolabe et de la médiathèque de Villefranche. Une belle manière de préparer Noël et de s’émerveiller des décors imaginés par les lycéens. Ce beau moment de partage a été conclu par une collation concoctée par les conteurs en respectant scrupuleusement les règles sanitaires. Un projet concret qui permet aux élèves de mieux saisir les enjeux de leur futur métier.

Share This